Rechercher

Rendements décroissants vs retours vertueux - la différence entre mes vies rationnelles-esthétiques

Travaillant dans le monde des affaires, depuis 2009 en fondant ma propre marque de conseil et une équipe d'associés, et en m'appuyant sur un mélange de mes propres recherches et formations en psychologie des affaires et d'un MBA, je réfléchis maintenant à combien je travaillais finalement d'un point de vue fortement rationnel. lentille. Même ma formation en psychologie (certifiée avec Lectica.org, un pionnier de l'école des compétences cognitives dynamiques de la psychologie du développement) était un outil robuste et hautement calibré... mais se concentrant uniquement sur les facultés rationnelles. Il ne couvrait pas les dimensions développementales de l'ego, de la morale ou de l'esthétique.


Dès mon MBA en 2001, j'ai mené un projet de recherche longitudinale en design organisationnel, avec un projet de livre en tête sur le thème des structures et des cultures décentralisées et auto-organisées. J'ai organisé un site Web avec des quantités de références de livres et d'articles et des interviews directes appelées Organisation5point0.


MAIS, plus je cherchais, moins je sentais que je savais. Plus je lisais d'articles, plus il y avait de références et de bibliographies à creuser. Le terrier du lapin proverbial, et de moins en moins de confiance dans ce que j'avais à dire. Voyageant à travers le monde en 2006, j'ai rendu visite à un professeur d'une école de commerce néo-zélandaise qui éditait un journal appelé "Journal for Radical Organizational Design". Dans son bureau, il fit un signe nonchalant à sa vaste étagère et dit : « Oubliez tous ces livres, dans le monde réel, c'est beaucoup plus complexe que ne le pensent les vœux pieux de ces auteurs principalement universitaires ».


C'était un sentiment naissant de rendements décroissants, qui m'a rongé pendant tant d'années.


Cependant, dans mon travail créatif, je peux dire sans risque que le contraire est vrai. Plus je crée, plus je deviens créatif. Plus j'entre dans l'inconnu avec mes matériaux d'art, mes matériaux en bois et mes artefacts dans la nature, plus les révélations viennent. Les accidents deviennent des divinations. Les erreurs deviennent des catalyseurs.


Tout mon être et ma personne sont transformés par ce sentiment d'estime de soi en étant sur un chemin génératif. Les pouvoirs rédempteurs de la vie créatrice.


Bien sûr, je suis conscient de la façon dont ma constitution psychologique (profil comportemental et expériences de vie combinés), me pousse bien plus vers un archétype créatif vs l'archétype managérial (réf. distinctions claires que Jordan Peterson fait ici dans cette interview), mais Je suis très curieux de savoir combien de personnes répriment leur côté créatif.


Il y a bien sûr de vastes pans de nos sociétés, des entrepreneurs aux explorateurs en passant par les professionnels des médias et du divertissement qui habitent pleinement leur côté créatif, mais quels sont les pourcentages, combien de personnes souffrent d'être dans une vie professionnelle où se trouve le cœur de leur activité sur les rendements décroissants, qui sape et draine ?


Photo : Laura Williams


0 vue0 commentaire